Interview|

Désordre à Adjamé, relations avec Youssouf Sylla, avec le RHDP : Soumahoro Farikou dit tout dans une interview accordée au quotidien l’Expression
Le quotidien l’Expression rapporte dans une interview à sa une du 23 janvier 2019, les propos du Maire de la commune d’Adjamé.
Dans cet entretien, le Maire de la Commune d’Adjamé évoque sa détermination à mettre un terme au désordre qui existe dans la commune. Il évoque également les rapports de fraternité qui existe entre lui et le maire sortant Youssouf Sylla et surtout son engagement à soutenir l’action du RHDP.
Interview riche en enseignement que nous vous conseillons de parcourir.

L’Expression : Monsieur le Maire, après votre brillante élection, dans quel état avez-vous trouvé la mairie d’Adjamé ?

Le Maire Soumahoro Farikou : Merci cher frère de l’honneur que vous me faites en m’ouvrant vos colonnes. A notre prise de fonction, nous avons estimé que la Mairie d’Adjamé pouvait avoir meilleure allure qu’elle n’en avait. Mon équipe et moi, nous nous sommes engagés en vue de donner plus d’éclat à cette bâtisse, qui dans les années 1980, était l’une des fiertés de la commune.

Dieu merci, la Mairie fait parler d’elle grâce à cette seconde vie que nous lui avons donnée. En outre, le retour que nous avons des populations est satisfaisant, et c’est cela le plus important pour nous.

L’Expression : Aujourd’hui, l’on constate que la mairie a fière allure avec les travaux de réhabilitation que vous avez entrepris. Est-ce à dire que votre parti le RDR qui gère cette mairie depuis 2001 a failli ?

Le Maire Soumahoro Farikou : Pas du tout, nous ne dirons pas que le RDR failli, loin de là. Le RDR a porté la candidature de certains cadres à la tête de nombreuses communes. Les uns et les autres ont fait ce qu’ils pouvaient pour le bien-être des populations et le développement de leur localité. En ce qui concerne Adjamé, l’équipe sortante, nous pensons, a fait ce qu’elle pouvait. Nous sommes arrivés avec une approche nouvelle pour apporter notre contribution en nous inscrivant dans la vision du chef de l’Etat Son Excellence Alassane OUATTARA, faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent. Adjamé doit être au rendez de ce challenge à l’horizon 2020.

L’Expression : Quels sont vos rapports avec votre prédécesseur Youssouf Sylla ?

Le Maire Soumahoro Farikou : Youssouf Sylla est un aîné avec qui j’ai toujours gardé de bons rapports. Pour ceux qui ne le savent pas je rappelle encore qu’en 2000, j’ai eu à jouer un rôle essentiel dans son élection aux élections municipales à Adjamé. Je suis resté à ses côtés durant des années, jusqu’à ce que nous cessions de partager la même vision. Même aujourd’hui encore je ne manque pas de l’appeler pour prendre de ses nouvelles. Youssouf Sylla est un grand frère et il demeure un acteur politique actif de la commune.

L’Expression : Maintenant que vous êtes installés dans le fauteuil de maire, quelles sont vos priorités ?

Le Maire Soumahoro Farikou : Nos priorités sont nombreuses car il y’a beaucoup à faire pour redonner à la commune son lustre d’antan. L’une des premières actions que nous entendions menées était, la réhabilitation de la Mairie d’ Adjamé. Cela est désormais une réalité et vous pourrez constater que la mairie a fait peau neuve. Les agents travaillent désormais dans un environnement sain, tandis que les populations établissent leurs actes dans de bonnes conditions.

Nos priorités sont également le règlement de la question de l’insalubrité et de la fluidité sur le Boulevard Nanguy Abrogoua, par la résolution de l’installation anarchique des commerçants, mais surtout la mise en œuvre de notre livre programme, qui est pour nous une véritable boussole.

L’Expression : l’une des plaies d’Adjamé, c’est le désordre et l’insécurité. Quelles sont vos solutions pour combattre ces deux fléaux ?

Le Maire Soumahoro Farikou : Ouile désordre et l’insécurité, constituent des phénomènes dans notre commune. Ce sont des questions auxquelles nous entendons faire face dans les meilleurs délais. Déjà, d’ici quelques mois, nous procèderons, en collaboration avec le Ministère de la salubrité, au nettoyage du Boulevard Nanguy Abrogoua.

Depuis des années la commune d’Adjamé passe pour être l’une des plus dangereuses. Nous allons à court terme renforcer les capacités de la police municipale afin qu’elle soit plus efficace et plus proche des populations. De 50 agents qu’elle compte, la Police Municipale comptera au moins 200 agents. Cette augmentation de l’effectif permettra à la Police municipale d’être plus présente sur le terrain.

N’oublions pas également que le commune d’Adjamé c’est environ 3 millions de personnes  qui y transitent le jour, pour une population résidante d’environ 400 000 âmes. Des initiatives sont en cours, en relation avec toutes les forces de sécurité, pour que dans les meilleurs délais, la sécurité au niveau de la commune soit améliorée.

L’Expression : Certains de vos détracteurs disent que vous êtes  l’un des artisans du désordre à Adjamé et que  c’est vous qui encouragez les installations anarchiques des commerçants aux abords  des  voies. Qu’en dites-vous ?

Le Maire Soumahoro Farikou : Je suis surpris que de telles accusations soient portées à mon endroit. Ceux qui le disent sont ignorants des réalités de la commune d’Adjamé. Certainement qu’ils le disent en faisant allusion à mon statut de Président National des acteurs du commerce de Côte d’Ivoire. Mais sachez que la fédération des commerçants n’installe pas les commerçants. La quasi-totalité de ces commerçants payaient des taxes à l’ancienne équipe municipale. Depuis notre arrivée, nous avons instruits les agents collecteurs de ne pas émettre de ticket sur le boulevard Nanguy Abrogoua. Et nous sommes à pied d’œuvre pour déguerpir d’ici 2 mois maximum l’ensemble des commerçants anarchiquement installés le long du boulevard Nanguy Abrogoua.

L’Expression : vous êtes le secrétaire départemental du RDR, avec les dissensions  qu’il y a eues avant les élections, quel est aujourd’hui  l’état de santé du RDR  dans votre commune ?

Le Maire Soumahoro Farikou : Le RDR se porte très bien dans la commune d’Adjamé. C’est vrai qu’à un moment donné certains militants voulaient créer des doublons dans leur section. Mais cette situation a très vite été réglée et tout est rentré dans l’ordre. Le RDR se prépare pour le congrès constitutif du RHDP prévu pour le 26 janvier 2019. C’est cela l’enjeu du moment.

L’Expression : Au sein de votre parti, il y a des militants pour qui le RDR ne doit pas disparaître au regard de son histoire,  de son  parcours et des épreuves qu’il a traversés. Etes-vous de cet avis ? Que pensez-vous de la position du Président de l’Assemblée Nationale

Le Maire Soumahoro Farikou : Chacun est libre de se faire une opinion du parti unifié, mais nous, à Adjamé, nous restons solidaires de la décision de notre Direction. Toute organisation est appelé à connaitre des mutations. Le cas du RDR n’est pas  un cas isolé. De nombreux partis politiques ont connus ces mêmes changements, mais ont gardé leur idéologie. Pour le reste, nous ne ferons pas de commentaire.

L’Expression : Que dites-vous également de la  position de Bédié  et du PDCI qui sont ouvertement opposés au  parti unifié ?

Le Maire Soumahoro Farikou : Cher ami, souffrez que nous ne fassions pas également de commentaire sur la position du Président Bédié. C’est une personnalité politique importante de notre pays qui a le droit d’avoir des opinions contraires aux nôtres. Il a choisi sa voie, c’est l’expression même de la démocratie, et nous en prenons bonne note.  Il nous revient, partisans du parti Unifié de démontrer que la coalisation continuera à mieux se porter sans lui. Pour nous le plus important, c’est de rester fidèle à la vision de notre leader, Son Excellence Alassane Ouattara. Notre priorité pour leur est le congrès du 26 janvier 2019.

L’Expression : Le 26 janvier, il sera question de faire une démonstration au stade Félix Houphouët Boigny. Quelle part Adjamé va prendre dans la mobilisation autour de ce congrès ?

Le Maire Soumahoro Farikou : Adjamé est un bastion du RHDP et nous entendons le 26 Janvier 2019, démontrer cela à travers une mobilisation exceptionnelle de nos militants. Certains oiseaux de mauvais augures pourraient s’amuser dans d’autres communes à dire que dans leur cité le RHDP n’a pas droit de citer. Mais chez nous ici à Adjamé, c’est le RHDP qui est là  et c’est Alassane que nous connaissons.

L’Expression : Aujourd’hui beaucoup d’ivoiriens s’inquiètent pour 2020. En tant que maire, opérateur économique  et cadre du RHDP, comment voyez-vous l’horizon 2020 ?

Le Maire Soumahoro Farikou : le Président de la République à l’occasion des vœux de nouvel an nous a tous rassuré, qu’en 2020, il n’y’aura rien. Je crois qu’il faut lui faire confiance. Par ailleurs, nous pensons aussi, qu’il n’y a même pas lieu de se faire peur. Les élections de 2020 et celle d’après se passerons bien car le Chef de l’Etat fera tous pour le citoyen vive dans la paix et la quiétude.

L’Expression : Au terme de cette interview, en tant que maire, quel appel avez-vous à lancer aux populations d’Adjamé et aux militants du RHDP en tant que cadre de cette coalition ?

Le Maire Soumahoro Farikou : Le 26 Janvier 2019 est une date assez spéciale et importante pour l’ensemble des militants du RHDP aussi, je demande à tous nos camarades de se mobiliser pour faire de ce congrès constitutif du RHDP UNIFIE UNE VERITABLE FETE.  Comme toutes les autres communes de notre pays, Adjamé est attendue à ces assises, aussi j’invite tous nos militants à se déplacer massivement.

Merci

Les commentaires sont fermés.