Actualité, Interview|

Farikou Soumahoro (Maire d’Adjamé) :
« Maintenir la fluidité sur Nangui Abrogoua doit être un travail quotidien »

Dans le Premier Quotidien Ivoirien d’Informations Générales, ‘’Fraternité Matin’’ en date de ce lundi 21 décembre 2020 N°16.800 à la page 10 et 11. Un large DOSSIER a été consacré à la thématique de la ‘’Salubrité Urbaine’’.

Dans la titraille de ces colonnes consacrées à la ‘’Salubrité Urbaine’’, d’entrée de propos, le DOSSIER s’interroge : ‘’Nangui Abrogoua, un cas de résistance au déguerpissement ?’’.

Ce DOSSIER se déroule sur 12 colonnes avec un article de fond assorti d’une Interview du Maire de la Commune d’Adjamé Farikou Soumahoro.

Comme on peut le voir dans le titre de cet entretien la trame de fond a planché sur le maintien de la fluidité relativement au Boulevard Nangui Abrogoua. Lequel maintien ‘’doit être un travail quotidien, dixit Farikou Soumahoro.

A la question de savoir ‘’Comment se porte aujourd’hui la commune commerçante d’Adjamé ?’’, le Maire Farikou Soumahoro répond que ‘’notre belle et bouillonante cité d’Adjamé se porte tant bien que mal. C’est une commune très spéciale. (…) Nous n’avons pas les mêmes réalités que les autres communes du district d’Abidjan. Par exemple, si à Koumassi ou à Port-Bouët, les gens doivent dépenser 300 à 400 millions de F.CFA pour le ramassage des ordures, chez nous ici c’est dix fois plus d’argent que nous déboursons dans l’accomplissement de cette tâche’’.

Parlant de ‘’L’insécurité’’, le Maire Farikou Soumahoro indique que ‘’le phénomène a beaucoup baissé’’ d’autant que l’effectif de la Police Municipale chargée du ‘’maintien de l’ordre dans le périmètre d’Adjamé’’ qui était auparavant de ‘’60 éléments’’ a été revue à la hausse à raison de ‘’350 éléments’’ dont ‘’100 embauchés et 250 auxiliaires’’.

Autre point abordé, le Boulevard Nangui Abrogoua qui nonobstant le ‘’Déguerpissement’’, ‘’les commerçants et vendeurs ambulants, par endroits, occupent toujours les voies malgré les différentes opérations’’ menées, comme interrogé dans l’interview dans ‘’La Chute’’ de la 1ère colonne.
Au dire du Maire Farikou Soumahoro, loin d’âtre un ‘’échec’’, le déguerpissement du Boulevard Nangui Abrogoua a mobilisé de ‘’nombreux efforts pour dégager cette artère’’.
Toutefois, insiste le Maire Farikou Soumahoro, ‘’le maintien de l’ordre et la fluidité sur le Boulevard Nangui Abrogoua doit être un travail au quotidien’’ toute chose qui, martèle-t-il, ‘’implique que nous ayons du personnel constamment sur le tronçon pour faire la veille’’ (…) ‘’de jour comme de nuit’’. Si bien qu’au dire ‘’des responsables de la Sotra, de la gare nord au Plateau, les bus mettaient au moins une à deux heures de temps. Aujourd’hui, ce trajet se fait en 10 min. C’est donc une prouesse, clame-t-il.

Plus loin, dans l’interview, le Maire de la Commune d’Adjamé est revenu sur la méthode et le ‘’Plan Farik’’ qui tel un ‘’Plan Marshall’’ se démarque de l’héritage laissé avec une approche mieux planifiée.

Parlant de la réhabilitation de certaines rues et ruelles, le Maire Farikou Soumahoro s’est voulu on ne peut plus précis avec des artères qui seront bitumées à l’instar du secteur du Black Market notamment la rue Vassiriki Diaby. Il a par ailleurs cité certaines artères de St Michel, Marie-Thérèse, Williamsville, Paillet dont les travaux sont en cours. De même, ajoute-t-il, la rue qui passe devant Roxi jusqu’au marché Gouro sera également bitumée.
Quant au reprofilage sur le Boulevard Nangui Abrogoua, il relève des compétences du District d’Abidjan qui ‘’gère les grandes artères des communes d’Abidjan’’.

Toujours dans le secteur du transport, ‘’la fluidité routière à Adjamé’’ a fait l’objet de quelques précisions faites par le Premier Magistrat de la Commune Cosmopolite. Justement, il a souligné que ‘’des pourparlers avec l’Etat sont en cours’’ d’autant que depuis ‘’huit ans’’ la faisabilité du Projet a été confié à un promoteur. A en croire le Maire, le Projet tient toujours surtout qu’il envisage le ‘’réactiver avec le Premier Ministre’’, Ministre de la Défense, Hamed Bakayoko. Un projet dont la réalisation permettra à ‘’Adjamé de respirer et d’être désengorgée’’, espère-t-il.

Dans le milieu de l’avant dernier colonne, sur la problématique ‘’des nombreuses gares qui pullulent’’, le Maire Farikou Soumahoro rappelle que ‘’tous ceux qui viennent de l’hinterland et de l’intérieur du pays se dirigent au niveau d’Adjamé’’. Une situation de fait dont certains ‘’profitent pour créer des gares dans des rues’’ et qui seront bientôt démantelées, promet-il.

Après le secteur du transport, l’autre question transversale abordée est celle du Commerce. Sur la question de ‘’l’insertion des jeunes dans le Commerce’’, le Maire Farikou Soumahoro est revenu sur l’un des Grands Chantiers amorcés dans le secteur du Commerce pour une meilleure inclusion, sous son leadership, à savoir ‘’la Carte des Commerçants’’ accompagnée par L’Etat qui va « créer des fonds’’ pour faciliter ‘’l’accès aux prêts’’ au jeunes qui veulent se lancer dans le commerce ».

A la suite de l’avant-dernière question de cet échange portant sur ‘’La Marche’’ qu’il a organisée en faveur de ‘’la Paix’’, à Adjamé, le Maire Farikou Soumahoro s’est félicité qu’il n’y ait point eu ‘’d’échauffourée’’ à Adjamé où le ‘’Vivre Ensemble est une réalité’’.

Le dernier point abordé dans cette interview de six (6) colonnes est celui des actions sociales menées depuis l’avènement de sa mandature. A cette ultime préoccupation de ce DOSSIER de Fraternité Matin du 21 décembre 2020, le Maire Farikou Soumahoro a répondu que le ‘’Social’’ est une donne du ‘’Quotidien’’ à Adjamé. Par exemple, précise-t-il, « nous avons organisé les femmes en associations en leur donnant des récépissés. Chaque année, nous octroyons des prises en charge dont 1433 » accordées ‘’aux élèves et étudiants de la commune’’. Mais encore, conclue-t-il, ‘’nous envisageons de mettre des fonds à la disposition des jeunes et des femmes qui viendront avec des projets viables. »

Les commentaires sont fermés.