Non classé|

C’est au total 30 milliards F.CFA prévus pour l’indemnisation de plus 14.000 personnes dans le projet de déguerpissement en vue de la construction du 4ème pont d’Abidjan.

Ce sont 1,5 milliards F.CFA qui ont été mobilisés pour l’indemnisation des personnes impactées par le projet de l’opération de libération de l’emprise de la bretelle de Bromakoté dans la commune d’Adjamé. Et ce, dans le cadre de la construction dudit 4ème pont, qui donnera une fluidité dans le trafic routier. L’opération a débuté sur les différents lieux indiqués, le mercredi 8 juillet 2020.

En effet, plusieurs personnes ont été ciblées pour déguerpir de cet endroit notamment 143 personnes dont quarante-deux (42) locataires d’activités commerciales, quatre-vingt-cinq (85) locataires, trois (3) propriétaires d’équipements, onze (11) propriétaires non-résidents et deux (2) propriétaires d’activités commerciales. Sans compter les bâtiments au nombre de 16 dont une mosquée, une école confessionnelle islamique, une boulangerie, une pharmacie etc. Cette action s’inscrit dans le Projet de transport urbain d’Abidjan (Ptua).

Youssouf TOURE, Sous-directeur en Charge du VDR (Voiries, Réseaux, Assainissement et divers) à la mairie d’Adjamé  s’est confié à nous, tout en lançant un appel de sensibilisation aux autres sections qui rentrent  dans le collimateur de l’Etat pour l’action du déguerpissement.

« Ce que je puis dire, c’est de lancer une sensibilisation pour dire à ceux qui sont de l’autre côté, c’est-à-dire les autres sections de suivre les appels de l’Etat dans l’abandon de cet endroit. Parce qu’on a fait la section de Yopougon, Mossikro, Boribana. Aujourd’hui nous sommes à la première section de Bromakoté (Adjamé). Et c’est sûr qu’après Bromakoté on ira à Mairie 1 déguerpir 40 mètres d’emprise et ensuite 30 mètres d’emprise sur une partie du village Ebrié », a-t-il indiqué.

Interrogé sur le rôle que joue la mairie d’Adjamé dans cette action de démolition, le sous-directeur a révélé que « la mairie ne s’occupe pas de la démolition dans un premier temps. Vous savez dans le cahier de charge, les indemnisations sont faites par l’Etat de Côte d’Ivoire. Il y a un Président de conseil d’administration (Pca) et un service comptabilité qui se charge de la paye de ses personnes impactés par ce projet. Et après les indemnisations, les personnes impactées quittent les lieux et on laisse l’entreprise qui est chargée de la démolition faire son travail suivi du Pca. Les services de la mairie accompagnent l’Etat dans son projet. S’il y a des défaillances, nous sommes là pour protéger nos populations dans un premier temps », a clarifié Youssouf TOURE. 

Notons que Plusieurs sites sont impactés par le projet dont les quartiers de Yao Sehi, Doucouré et nouveau quartier à Yopougon, Fromager, Jean Paul 2, Boribana et Santé à Attécoubé. Ainsi que certaines emprises de Bramacoté, Mairie 1 et Adjamé-village dans la commune d’Adjamé.

                                                                                                                                     Éric ATIGAN

Les commentaires sont fermés.